Entre-temps de Malte à Tunis

A photo lives through different times, every time differently. At the time they were taken, they were important, then they were  kept, looked at, forgotten, finally rediscovered.

My Maltese father’s family has kept many pictures of their time in Tunisia, after emigrating from Malta. For me it is a sign that they wanted to preserve the memory and to transmit it. Unfortunately, some of the faces in the photos do not have names anymore …

The Maltese of Tunisia are forgotten, and I would like to give them a place in history through these family photos. They are much more than most people think.

At one point, as my father was no longer there to tell me the stories of his youth, the photos were no longer enough for me. I felt the urge to go there, to feel the scents, the sounds, the moods, and also to remember those moments I shared with him.

I established a connection with the places and the streets of Tunis, La Goulette and Le Khram. I reclaimed them, together with the memories giving them a universal sense.

What did I inherit from this period, from the 1930s to the 1960s? Can we be nostalgic for a place, an atmosphere we have not experienced?

More than a century ago, Maltese fled poverty to join Tunisia, a land of promise for a better future, today crossing is the other way…

Series composed of 26 dytics and triptychs
 Contemporary photographs 27 x 18 cm / 18 x 27 cm
 Photographs old sizes
 Drawings made by Katel Delia - Print on baryta paper


Une photo vit des temps différents, elle revit dans un autre temps. Elles avaient une importance au moment où elles ont été prises, elles ont été conservées, regardées, oubliées, redécouvertes.

Ma famille paternelle maltaise a conservé de nombreuses photos de l’époque où elle a due immigrée en Tunisie. C’est pour moi le signe qu’elle voulait préserver la mémoire, la transmettre. Malheureusement, certains visages n’ont déjà plus de noms…

Parce que oubliés, je donne aux maltais de Tunisie, à cette immigration massive à l’échelle de ce petit pays une place centrale au récit à travers ces photos de famille.
À un moment, ces photos ne me suffisaient plus, mon père n’est plus là pour me raconter les histoires de sa jeunesse. J’ai éprouvé ce besoin de me rendre sur place, à la fois pour ressentir les parfums, les sons, les ambiances, mais aussi me rappeler ces moments que je partageais avec lui.

J’établis des correspondances avec les lieux, les rues de Tunis, La Goulette, Le Khram. Je me les réapproprie, ainsi que ces souvenirs que je transmets à mon tour en donnant un caractère universel.

Qu’ai-je hérité de cette période, des années 1930 aux années 60 ? Peut-on être nostalgique d’un lieu, une atmosphère que nous n’avons pas vécus ?

Il y a plus d’un siècle, les maltais fuyaient la pauvreté pour rejoindre la Tunisie, terre de promesses d’avenir meilleur, aujourd’hui la traversée se fait dans l’autre sens…

Série composée de 26 dytiques ou triptyques
 Photographies contemporaines 27 x 18 cm / 18 x 27 cm
 Photographies anciennes tailles diverses
 Tirages réalisés par Katel Delia 
 Impression sur papier baryté